JUILLET 2016

Préambule en forme de chevrons

Non, cette fois-ci, je ne vous signalerai même pas que fin juin se trouve en Juillet ! Je ne vois pas pourquoi je vous le signlerai puisque, de toute façon:

1/Ca se voit

2/ Je fais toujours comme ça.

Et puis, on a passé pas mal de temps sur internet avec l'ami Robert. Grâce à lui, nous avons acquis un véhicule enfin digne d'une droite décompléxée et vieillissante : Une C5 Citroen break de 2006 avec toutes les options imaginables ! 

On va être bien pour aller vous voir en France cet hiver! 


Du coup, nous allons abandonner, comme des salauds, notre vaillante 306, offerte par nos chers amis Brigitte et jacques il y a 4 ans, et qui bien qu'un tantinet bringuebalante, nous aura emmené gaillardement sur les routes de Grèce et de France. 

De Peugeot à Citroën....ça reste en famille. 

Bon, revenons à nos moutons-vapeur. 

Bye bye Prévéza

Les faits marquants, entre le 29 juin et le 1er Juillet, se signalent essentiellement par un délicieux steak tartare et un céleste fondant au chocolat, concoctés par Frédérique de FREDOM. 

Autrement dit, la fin de Juin, c'était surtout boire des coups et baffrer avec des potes. 

La routine, quoi. 

Mais, bon dieu, que c'était bon ! Merci Frédérique!

Et quelques photos les restes des équipages: 

Y'a pas la Fruche, la photo est trop floue, mal exposée, mal cadrée ! un must de mauvaise photo. 

Et puis, le er Juillet, on s'est fait "coucou à bientôt"....A bientôt...voire, car nos amis s'en vont traverser l'Atlantique cet hiver, ce qu'on ne fera jamais...Et comme ils le feront en hiver et qu'en hiver on est en France...et pas eux, j'ai comme l'impression que notre prochain fondant au chocolat ne sera pas l'oeuvre de Frédérique.... 

BONS VENTS LES AMIS ! Qu'Eole (et le Dieu de l'électricité à bord!) soit avec vous !

Pont de Lefkas

1er juillet : Nous voici en route pour Ormos Varkos, sans nos amis Catherien et marcus (p'tain, ça fait ch.er!) . 

Et pour aller là-bas, il faut passer le pont pivotant de Lefkas. Sauf que y'a plus de pont ! Il est en réfection comme tous les ans, parait-il ! Je trouve incoryable que les responsables de l'entretien ait choisi cette période de l'année pour  en faire la réfection. Peut-être cela ne pouvait-il pas attendre, je ne sais pas....

En tout cas, le pont est remplacé provisoirement par un "traversier", un bateau ouvert aux deux bouts dans lequel deux voies de circulation permettent aux véhicules de passer d'une rive à l'autre. 


Seulement, alors que le pont ouvrait toutes les heures (de jour) celui ci  s'ouvre ( sous réserve de modif et d'après nos infos forumesques) à  8:00  /  12:00  /  15:30  /  18:00h. 

Ce qui change tout en terme de trafic. Car quand une flotillas de  bateaux se présente devant le pont, si l'on y ajoute tous les bateaux de proprios... ça fait du monde (photos Françoise):

A, à la queue leu-leu qu'on s'est retrouvés, jusqu'au bout du chenal,  bons milles plus au Sud. Mais, baste, c'était bien marrant. 

On est retournés à Ormos Varko, mais, devant l'affluence ( 30 bateaux au mouillage, au moins, on a repéré une p'tite plageoune et hop, tou seul le Troll. Magnifique! 

Inutile de vous préciser qu'on a passé une aprés midi, une soirée et une nuit de rêve.

PortoLeone, sur Kalamos

2 juillet: On a attendu le vent. Il a tardé à venir. Et quand il est venu, il était SW plutôt que NW. Mais ce fut quand même une nav' sympa. Musclée et sympa:

Quant au mouillage, dans 6 mètres d'eau tranparente comme de...l'eau, un must:

PortoLéone, c'est un village abandonné suite au tremblement de terre de 1953. Mais c'est un mouillage formidable quoique profond et très fréquenté en saison. On a eu du bol. on s'est encore trouvé une plage (malheure où nous étions tout seul, alors que, de l'autre coté, il y a avait une dizaine de bateaux. 

Quelques photos: 


Nous sommes actuellement en route pour Vathy, sur Ithaqua, pour aller saluer (et passer la soirée) avc nos chers copains de JAD , Lulu, Scuba et Philippe, couple Belgio-Portugais que vous avez déjà croisés à de nombreuses reprises sur le PMDT.


A coup sûr, la soirée sera excellente ! 

On vous raconte la prochaine fois. Promis!


Vathi

Dimanche 3 Juillet : Une nav' pas si mauvaise entre Porto Leone et Vathi. Pas si mauvaise, ça veut dire un bon tiers de Voile pure. 
Comme prévu, nous retrouvons les JAD au mouillage. Leur OVNI est toujours aussi beau, mouillé juste devant le village :

De notre coté, nous mouillons d'abord tout au Nord de la station essence. Mais le WNW de l'aprés midi nous envoie un peu trop près des côtes à notre goût ( même si la tenue est impeccable) Nous rejoignons donc nos amis au mouillage principal, tout aussi venté, mais plus "large":

(Cliché JAD le 4 juillet au matin)

Joie des retrouvailles et agapes, vous avez l'habitude. Nous aussi. Le soir, c'est sur JAD. Au menu "Poulpe à l'encre de seiche aux pâtes fraîches" avec le tipunch de Troll pour ouvrir l'appétit !   Scuba et Javotte sont aussi heureuse que nous de retrouver Lulu et Philippe. Ambiance: 

Kato katélios sur Kefalonia

4 juillet : On part au même moment le lendemain matin. Nous, on se rend tout au Sud de Kefalonia, sur kato katélios, une baie tranquille, à priori. JAD veut faire escale sur une petite plage plus au nord. Nous navigunons quelques milles de concert, au moteur, malheureusement.  Sur Troll, on fait semblant de faire de la voile. Et on se prend mutuellement en photo:

Aprsè une nav' sans un souffle, on arrive à la baie. On est très prudents car le mouillage est cerné par des rochers situé entre 3 et moins d'un mètre de profondeur. Et comme l'eau est limpide, seul le sondeur fait foi ! Je vous mets une capture google earth :

On avance tout doucement, l'oeil rivé sur le sondeur. Et on s'installe tranquilles au mouillage. 1/4 d'heure plus tard, JAD arrive car l'endroit où ils voulaient s'arrêter était bondé !  Du coup, c'est baignades des toutous en commun et "spaghettis à la Françoise" sur Troll le soir. 

Aperçus:


La dernière photo, c'est JAD le lendemain matin, au lever du Soleil. Au programme, pour nous, c'est la côte Ouestd e Zakinthos, qui s'annonce splendide. Jad va sur la côte Est, plus abritée...de la houle. Parce que du vent, il n'en est pas annoncé !

Donc, on lève l'ancre....

Mais, auparavant....on a touché un rocher en partant! Heureusement on allait tout doucement. On venait de remonter l'ancre. Françoise a suivi la direstion que je leui avait indiquée ( vierge de tout récif, d'aprés la carte...) Et BING ! Ca fait tout drôle. on a aussitôt fait demi tour. Et Lulu va (tellement gentiment)vplonger sur le bateau, pendant que je soulève le plancher à la recherche d'une éventuelle voie d'eau. On a juste enlevé un peu d'anti fouling sur la quille ! OUF!


Bon, rien à signaler. Allez a 38 milles à faire. Le Solé va vrombrir

ZAKINTHOS, top niveau

La nav' sera aussi pourrie que prévue. On voulait faire une halte à la célèbre "wreck bay" ( voir Baie de NAVAGIO ), mais quand on a vu le monde qu'il y avait, on est passé tout droit. 

Le Nikon a tant fonctionné pendant ces quelques heures, que je vous ai résumé ça sous forme de diaporama, dont je ne suis pas mécontent.  Ca faisait longtemps : 

Zakinthos from Les Trolliens voil'yageurs on Vimeo.


Balaise, non? malgré la houle et l'absence de vent, on ne regrette pas du tout d'avoir choisi cette côte. 

Après 8 heures de nav' à longer ces merveilles, nous sommes arrivés à Ormos Kéri, au sud ouest de Zakinthos.


Ormos Keri

Superbe mouillage à coté (ouest) du petit port de Kéri. Vraiment une bonne soirée et une douce nuit. En plus, on a quitté la foule ! Sur Kefalionia, on était 5 au mouillage. Ici, on est à peines 15 dans un mouillage ENORME !

Juste un ch'tite photo ( au GSM) :

Katakolon

6 juillet : On quitte (oserais-je dire "Enfin!" ? Oui,, j'ose!) les ioniennes. Etôt fait demi-tour!  on rejoint Katakolon, sur le Péloponnèse, distant de 25 milles. Le mouillage est GIGANTESQUE derrière le port ! Et on est...4 bateaux! 

Cela aurait pu être top niveau s'il n'y avait pas eu, partout, partout, partout :

Du coup, pas de baignade...Enfin, pour nous ! Parce que, pour notre hord-bord à quatres pattes....

Déjaugeage :
Au planning :
Freinage :

Après la baignade, Javotte est allée au bal, histoire de pratiquer un peu les danses locales: 

Un pas sur le coté...
Et on se retourne 

les guides ne sont pas tendres avec katakolon. Escale sans charme... Voire :

Nous, on a aimé...sauf les méduses, bien sûr ! Et le marchand de glace, qui nous a arnaqué !  

Kyparissia


Jeudi 7 juillet : On se lève tôt pour aller à Kyparissia. 28 milles.Navigation tranquille, mi moteur, mi-voile.

 Puis c'est le port de Kyparissia dans lequel, par un coup de force 11 d'Ouest , l'hiver 2011, TOUS les bateaux au port ont coulé ! Gloups ! Depuis, la digue a été rallongée mais, comme on peut le voir sur l'image suivante, ça doit secouer pas mal parfois :

Pas question de mouiller ici. On va dans le port ! Ca faisait longtemps qu'on avait pas mis les pare-battages ! 

Trop de ficelles sur ce rafiot ! 

Trop haut ce quai ! 

On se met d'abord le long de la nouvelle digue. Effectivement, on peut mesurer la puissance de la houle aux dégâts causés :

Et puis finalement on rejoint le (petit ) groupe de bateaux sur 'l'autre digue, histoire de faire de l'eau et la lessive. Et là, on a passé une nuit fort tranquille.Il aurait fallu monter à la vieille ville...mais, une heure de marche en montée avec 40°, on n'a calé !

Nous sommes en route pour Pylos, patrie de Zacharias, le patron-copain de notre chantier ! On l'appelera de là-bas, ça va lui faire plaisir! 

On compte y rester deux ou trois jours. Deux plutôt. 

A bientôt les trollonautes! 


Voilà. La finale est perdue. 

Pour les Français. 

Pour les Portugais, elle est gagnée !

Qu'importe. L'Euro c'est fini. Ouf. 

L'Europe pas encore. Ouf aussi. 

Quoique. 

On peut sentir totalement Européen, détester les nationalismes éxacerbés... et ne pas aimer cette Europe là ! 

C'est pas nouveau et ça fait débat. 

Sauf que c'est l'été. Alors, désormais, on ne parle plus que des bouchons des départs en vacances et de comment hydrater nos anciens en cas de fortes chaleurs ! Le Brexit, la loi El Kohmri, la nécessaire, urgente et impossible réforme des institutions, les négociations secrêtes autour du TAFTA, aux oubliettes ! En tout cas, ça attendra la rentrée ! Sauf, qu'à la rentrée, on parlera surtout de ..la rentrée ! Caramba, encore raté!

Et puis oh, hé ! C'est les vacances, quoi merde! On va pas parler des choses qui fâchent! 

Bon, c'est vrai, on a appris qu'on va punir un petit peu l'Espagne et le Portugal ! Avec des amendes, comme pour un mauvais stationnement. Non, non, c'est pas parce qu'ils étaient mal garés! C'est plutôt qu'ils seraient, parait-ils, mal barrés !

C'est parce qu'ils ont fait, oh les salauds, un peu plus de déficit que les allemands...non, pardon, l'orthodoxie européèene, ne l'autorise ! 

Ah ben oui, hein. Y'as des règles. "Dis donc, Martinez! " (je crois que ça marche pour l'Espagne et le Portugal, Martinez, mais je ne suis pas sûr!)  !  

"Dis donc, Martinez ! On avait dit 4.2 de déficit, pas 4.5 ! Qu'est ce que c'est que ça ? Viens ici tout de suite et donne tes doigts pour le coup de règle! "

Les règles de déficit ne supportent pas l'à peu près ! Et tant pis si des économistes renommés, et même pas à gauche, reconnaissent qu'elles ont basées sur des calculs complètement foutraques ! 

Mais bon. Est ce bien vraiment la peine d'en parler?

 Après tout, c'est loin l'Espagne et le Portugal. 

Et puis, c'est des pays de faignasses, comme tout ceux du Sud de la Loire et du Rhin ! 

Et puis, pour les Portugais, c'est bien fait ! 

Z'avaient qu'à nous laisser gagner  !  

Ormos Voidhokoilia

8 Juillet : Donc, nous allons vers Pylos. Juste un peu avant, nous avons repéré sur Google Earth, un "champigon", une "Rondinara" à la sauce Grecque: 

On décide aussitôt d'y faire baignade, même si l'on devine que c'est bien ouvert à la houle d'ouest. On a bien fait:

Même si la houle y pénêtre allègrement, si vous passez en bateau dans le secteur par vent d'ouest faible, entrez-y quand même, le temps d'une baignade et de laisser couler voluptueusement le sable si fin entre vos doigts de pieds! 

Pylos

8 juillet : 3 milles plus tard, nous longeons le chateau qui domine Vodhokoilia...

...puis nous entrons en baie de Pylos. Nous avions quasiment décidé d'y hiverner en 2009. Notre vieux Perkins en a décidé autrement, même si Zakarias, natif du lieu, et patron du chantier,  voulait absolument que nous y allions (voir "Zacharias and Co" ).

 Les rochers qui ferment presque complètement la baie sont splendides et impressionnants. Le fort tout autant:

Et nous voici bientôt au mouillage juste au Nord de la Marina ! Pourquoi au mouillage alors que la marina est gratuite et qu'on peut s'y approvisionner en eau? Parce qu'il fait si chaud ! Grande est l'envie de troquer les "commodités" de la marina contre la ventilation et les possibilités de baignade autour du bateau. On est si bien. Nous allons rester ici deux jours. On a adoré Pylos, lieu de la célèbre bataille navale de Navarin qui a participé à l'indépendance de la Grèce( récit ici : La bataille de Navarin ). Pour les faignasses ( qui rappellons -le, habitent en dessous de la Loire et du Rhin, je citerai ce paragraphe tiré du lien précédent, et qui n'a pas été sans me faire (amèrement) sourire, au regard de l'actuelle situation : 

"Le jeu des puissances européennes était alors ambigu, tout comme celui de leurs représentants au Levant. Le soulèvement grec, considéré comme libéral et national, ne convenait pas à l’Autriche de Metternich, principal artisan de la politique de la Sainte-Alliance. Cependant, la Russie, autre gendarme réactionnaire de l’Europe, était favorable à l’insurrection par solidarité religieuse orthodoxe et par intérêt géo-stratégique (contrôle des détroits des Dardanelles et du Bosphore). La France de Charles X, autre membre actif de la Sainte-Alliance (elle venait d’intervenir en Espagne contre les libéraux), avait une position ambiguë : les Grecs, certes libéraux, étaient d’abord des chrétiens et leur soulèvement contre les Ottomans musulmans pouvait ressembler à une nouvelle croisade. La Grande-Bretagne, pays libéral, s’intéressait surtout à la situation de la région sur la route des Indes et Londres désirait pouvoir y exercer une forme de contrôle.".

Etonnant, non? 

Quelques clichés de l'écrin de la ville de Pylos :

methoni

8 milles plus au Sud, un lieu tout aussi superbe. Methoni, sa forteresse vénitienne et sa tour turque. Certes, c'est touristique ! Mais rien à voir avec la foule des ioniennes ! On nous avait dit : " ouh là là, un dimanche de Juillet à Methoni, ça va être bourré de monde!"  Pas question de zapper l'endroit. ET puis, du monde, y'en avait à peu près 4 fois moins qu'à Paxos dans un,mouillage 4 fois plus grand. Alors....On va laisser les photos parler pour nous: 

On se fout pas de votre gueule aujourd'hui, hein? Vous en avez pour votre "clic" !

En tout cas, j'espère que vous n'en avez pas votre claque..parce que ça continue ci-dessous avec Koroni, juste après le passage du premier des trois caps si redoutés du Péloponnèse.

Mais, comme on est justement entre le premier et le deuxième cap, j'arrête ici. La suite plus tard ..ou demain ! 


EDIT du 14 juillet : Je ne devrais pas vous habituer comme ça à des mises à jour quasi tri hebdomadaire ! Je vous connais, vous allez vous habituer, et puis m'engueuler par mail : " Comment? 5 jours sans nouveauté sur le site? C'est du foutage de gueule! Remboursez!" 

Heureusement, comme c'est gratuit, il n'y a rien à rembourser ! Quant à votre temps, injustement gâché à vérifier s'il y a une mise à jour et bien....vous savez où vous pouvez vous le mettre ou je vous fais un dessin? 


Premier cap :  Akritas

11 juillet : C'est avec un vent...nul, que l'on franchit le premier obstacle sur notre retour vers l'Egée. Le cap Akritas, le moins redouté des trois. Et bien, rien à signaler, quoi ! Calme plat et temps radieux : 


Koroni

On se dirige toute voile....ferlées vers Koroni. Il parait, d'après les guides que cela peut être l'enfer, que la tenue des fonds est souvent mauvaise... Et bien pour nous, ce fut le Paradis. On a beaucoup aimé l'escale, le fond de sable pour mouiller (oui, il y a du sable si l'on accepte de mouiller au Nord Ouest de la baie. Voir notre CARTE DES PORTS ET MOUILLAGES), la beauté du paysage, le charme du village, l'imposant chateau . Florilège:

Le retour du retour du retour (etc...) de Super Connard

AAaaaaaaaaaah ! Enfin, s'écrient en choeur les sals Trollonautes tout pourris qui font rien qu'à se réjouir des actions maléfiques de cet andouille de capitaine ! 
Vous êtes des vilains, voilà! 

12 juillet : Nous sommes en route pour franchir le deuxième cap: le redouté Cap TENARE ou MATAPAN, le plus méridional de la Grèce continentale. Mais comme c'est long, qu'il n'y a pas de vent et qu'il fait une chaleur à crever, nous décidons de relâcher à  Gerolimenia, le temps d'une promenade Javottinesque et d'une baignade. 

Quand on arrive, le vent commence à souffler tout doucement de l'Ouest. Dans la baie, il se renforce en devenant Sud. Déjà, j'ai envie de faire demi-tour. Mais bon, le mouillage est à moins d'un mille. Et puis, c'est beau:
D'après les cartes, il y a un récif en plein milieu. Françoise, depuis l'épisode de Kefalonia, les déteste encore plus qu'elle déteste Sarkosy. Enfin, disons, au moins autant! Du coup, on serre à  tribord, en avançant à la vitesse d'un escargot neurasthénique. Enfin, un peu plus vite, à cause du vent qui nous pousse. Il n'y a pas beaucoup de fond et je ne parviens pas à discerner la nature de ce fond. Je  dis " Je le sens pas ce mouillage! " . ça a l'air mieux de l'autre coté, mais il ya le récif et Françoise craint le changement de coté! Bon, allez, cassos, je propose.  Et en même temps, je me dis : " et puis merde, on y est, on va au moins se baigner!"  Je me dis bien, il faudrai mettre un orin, mais bon, on a fait des centaines de mouillages...

Et je jette l'ancre. 
j'aurais pas du !

Ca fait "grognognougroin gruc graboum" ! Et au bout de 15 mètres, j'arrête la descente de la chaine et crouic le bateau s'arrête net , chaîne tendue à mort ! Je redis, plus fort : " ouh là là! CAAAAAAAASSOS ! "

Mais c'est trop tard, la chaine est engagée dans un rocher. On manoeuvre un peu dans tous les sens. Le vet forcit...
Bon. Je dis à Françoise d'aller promener la chienne pendant que je plonge pour aller voir comment est ce qu'on va se tirer de ce guepier dans lequel je nous ai fourré ! 
Et oui, je le vois bien : par 4 mètres d e fond, l'ancre est coincée dans un rocher. Avec un orin, se dégager aurait été un jeu d'enfant ! 
En plus, plonger, même à 4 mètres, mes acouphènes me l'interdisent désormais. 

Françoise revient au bout d'1/4 d'heure. Un plongeur va venir dans 5 mn. 
Parfois, je me hais! 
25 mn plus tard, personne. Je vois un baigneur pas loin, équipé de masque, palmes et tuba. Je saute dans l'annexe, lui demande s'il parle anglais ( oui,  même un peu Français!) . Je demande s'il peut faire une apnée à 4 mètres. "Sans problème", me répond-il avec un grans sourire. 
Je lui passe l'orin que j'avais préparé entretemps. et 3 mn plus tard, l'ancre est libre. le vent est fort. Je le fais monter à bord. Il s'appelle Luli. Il est albanais et travaille ici. On ouvre le porte monnaie et on lui file, malgré ses protestations, notre dernier billet de 20€ ! Moi, je dis, c'est pas cher payé ! 
Et on se casse de cet enfer, en lui faisant des grands signes de reconnaissance. 
Et on file vers le cap Matapan et Porto Kaïo. 

Voilà. Il est content le trollonaute ? Il sourit jusqu'au oreilles? 
Serviteur, les amis ! 

Deuxième cap : MATAPAN ( ou TENARE) 

On fait le reste à la voile, avec un bon Ouest force 4. Un régal! Et on passe le cap sans encombre supplémentaire. Nota: par mauvais temps, le cap Matapan est surnommé : "la porte des enfers"! 

Porto Kaïo

Le chemin est beau jusqu'à Porto Kaïo, sur la côte Est du cap. C'est To magni (le Magne) et le paysage est à tomber (voir notre visite du magne par la terre ici : Visite du magne )

Bientôt, nous posons l'ancre DANS DU SABLE à Porto Kaïo et nous profitons de la beauté du lieu. Extraits: 


Ormos Levki sur Elafonissos

13 juillet: Il ne reste plus qu'un cap. Le MALEAS, de sinistre réputation. On dit : "Si tu passes le cap Maleas, oublie ce que tu as laissé derrière toi"! Mais ce sera pour demain, car, aujourd'hui, c'est "paradis sur terre" après une nav' mi-voile mi-moteur" à Ormos Levki, dont la beauté se passe de davantage de commentaires: 



Dans une paire d'heures, nous serons à Monemvassia. On en parle la prochaine fois. 

Y'aura pas super-connard. non, non ! 

Bisous les trollonautes ! 


Manif / Préambule

22 Juillet : C'est sous la contrainte que je fais cette mise à jour. Non pas que j'ai un pistolet sur la tempe, mais la pression est forte.  Depuis hier matin, les menaces se multiplient : Roland : " alors, mais qu'est ce tu fous avec le site?" Pierre : " Dis donc, faignasse, 4 fois je clique ce matin, et rien? Tu te fous de notre gueule ou quoi? " Jacques, dans un style moins direct:  " Pas de nouvelles depuis une semaine...on s'inquiète!" 

Bref, les trollonautes s'affolent, protestent et vocifèrent. Ils sont à deux doigts de venir autour du bateau avec une pancarte ( Pierre nous en a menacé!) 
 Il faut dire que depuis un mois, je vous ai habitué à des jusqu'à 3 MAJ par semaine ! Il était temps que je vous désintoxe, que je vous mette en état de manque ! Le "plaisir de l'attente n'est til pas meilleur que le plaisir lui-même? comme aime à le répéter mon cher papa. 
Voici donc la MAJ de la semaine. Et ce ne sera pas la peine, chers petits potes trollonautes, de crier avant au moins 10 jours. 
Et puis, les cris, c'est pas pour mes acouphènes et ça a tendance à mettre de travers. 

Allez, au boulot, Titi ! 

Dernier cap: Maleas

 14 Juillet : Je ne dirai rien sur les évènements de Nice! A quoi cela servirait-il? Juste ceci, un brin innattendu pour nous autres, qui sentons si fort le fagot : "Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté! ". Et y'en a bien plus que des tarés du bulbe. Le problème, c'est qu'il font moins les gros titres...lesquels, du reste, sont une énorme publicité pour les montreurs de marionnettes/massacreurs et un puissant levier pour la décérébration des masses. 

Pour nous, la mi-juillet, c'est le franchissement du dernier cap du Péloponnèse, tant redouté, puisque souvent soumis à des vents et des vagues contraires. Pour nous, comme pour les deux autres caps, du reste, cela se fit sur mer plate, et au moteur:

Monemvassia

Et, après un petit salut de la main aux moines du cap, nous sommes arrivés à Monemvassia que nous avions tant aimée en 2012. Je vous mets le lien pour la visite complête, car nous ne sommes pas retournés dans ce merveilleux site:

Une petite photo de l'arrivée quand même!
Cette fois-ci, nous avons mouillé  le long du "quai du pont", bien à l'abri de la brise Sud Sud Est de l'aprés midi. Nous n'étions que deux bateaux. Mais, en début de soirée ( pas un souffle d'air ! On étouffait, vive le mouillage forain!) les coast guards sont venus et ont obligé tout le monde  à "se tasser" (je parle des p'tits, comme nous, car les gros machins, il ne bougent pas, forcément!)  pour laisser la place à deux bateaux de pêche débordant de poiscaille. Résultat, jusqu'à minuit, nous avions un semi remorque moteur en marche à 10 mètres de Troll! "Le bruit et l'odeur", comme disait JC ( non, pas celui-là!  L'autre!) à d'autres propos nauséabonds...
Ambiance, car, pour le coup, c'était pas la peine d'aller se pieuter:

Kiparissi

15 juillet : Au moteur, encore, 100% de la nav', on va accomplir les 20 milles entre Monemvassia et Kiparissi. 
On mouillera au calme, avec 5 ou 6 autres bateaux, à distance respectable de la plage. 
Et on passera une excellente et douce nuit dans cet endroit, pourtant bien ouvert aux secteurs Est. Preuve, s'il en était besoin, du grand calme météo de la période:

Spesopoula

16 Juillet : Ah la nav' contrastée! 

Pourtant le début était sympa : Une demi heure au bon plein ! 

Le problème, c'était la houle croisée, liée au gros coup de vent d'Ouest sur le sud pélopo et le (petit) vent du Nord qui soufflait. Nav' très très pénible avec un Troll qui ne cessait de ralentir dans cette houle courte et marquée. 

On a fini par changer de destination, pour aller mouiller sur la cote du pélopo. Ouf ! 

 Et puis, en cours de route, il nous a semblé que le vent  tournait, nous permettant finalement de rechanger de route. 

Ainsi fu fait, et les deux dernières heures furent 120 minutes de pure voile au bon plein. Youpi ! Ca faisait (trop) longtemps. 

Au sud de Spetses, juste en face de l'île privée de l'armateur Niarkhos, dit "the golden greek",  "l'ennemi préféré" d'Onassis, il y a une crique, bleue turquoise. 

Fatigués par notre course infernale des 15 derniers jours, et même si c'est un coin pour les hyper-friqués (et les yachts qui passent à pleine vitesse entre l'île et le mouillage) on y a pioché, et, malgré le Sud est de l'aprés midi, on y fait un charmant séjour: 


Bon, allez. C'est tout pour l'instant ! 

Ca calmera les pressés et nous évitera la manif de protestation 

(rappelons à cette occasion que "ce n'est pas la rue qui gouverne! " )

La suite dans l'aprés midi....

...probablement ! 


Oooooooooh la longue après midi ! 

4 jours ! 

Je vous imagine ( surtout certain, qui se reconnaitra car il navigue à bord d'un voyage 11.20!), le bout de l'index tout cloqué, tout rouge et tout pelé, à force de cliquer pour voir s'il y a une mise à jour, en gueulant à chaque fois " Et non, y'a rien, Enfoiré de Trollien tout pourri!" , voir pire! 

Et je ris ! rrh, rrh, rrh ! 

Voici donc la suite de la  suite de la suite de la suite.


Vers Kilada et retrouvailles en mer

Dimanche 17 juillet : Nous quittons nos milliardaires vers 13h. Il y a un joli petit vent de secteur Sud sud ouest tournant Sud. 
Et nous ferons TOUT à la voile ! Youpi !
Nous sommes bientôt rejoint par un voilier, plus rapide que nous, partis d'Hermioni. Sa silhouette ne nous est pas étrangère :

Pas facile à identifier, hein, même pour les fidèles trollonautes ! Je vous aide : Ils 'agit d'un véloce Felling 10.90. Il est skippé par un gazier alsacien qui diffuse régulièrement, via son site internet, des articles sur la politique, notamment en rapport avec la Grèce. Le lien est toujours en bonne place dans notre page d'accueil. Et bien oui,c'est Fulmar. Roland va nous accompagner tout au long de la nav' (enfin...loin devant!) et nous passerons un super séjour à Kilada en sa compagnie...enfin, notamment, en sa compagnie! Parce que Kilada, c'est "piège à potes" obligatoire!

Donc, nous arrivons à la voile en baie de Kilada que nous retouvons chaque année ou presque avec un plaisir équivalent, avec sa tranquillité, son charme, ses collines, ses pêcheurs, sa marchande de légumes, son super marché, sa boulangerie, sa laverie, ses couchers de soleil, son Didier et, comme nous ne sommes pas seuls à apprécier l'endroit, ses "potatrolls". J'y reviendrai. 

Le temsps des copains

Du 17 au 23 juillet :  On a retrouvé la routine : Rigolades, discussion, apéros, festins. 

D'abord, donc, avec Roland, dont Javotte raffole éperduement..et réciproquement:

Le soir, cela fut pizza maison sur Fulmar... C'était juste un début!

Mayapi

18 juillet. Oui, juste un début, car, en provenance de Vivari ( coucou les Mayéro, rentrés en Normandie avant que l'on ne se croise!) voici  venir Mayapi, objet d'un bonheur de rencontre à Messolonghi en début de saison (voie en Avril 2016 )
Marie Hélène et Pierre (et Flore), ce sont les gentils grâce à qui nous avons un beau Yamaha qui propulse notre annexe! Et comme en plus d'être gentil, ils sont drôles, simples et qu'ils cuisinent super bien, que voulez vous qu'il arrive d'autre qu'un apéro, une friture de mini rougets et une tarte à l'abricot ! Images:

Le lendemain (18 juillet, pour ceux qui suivent), on a fait "relâche" pour digérer l'ensemble Fulmar + Mayapi. et on a essayé de perdre des kilos à la plage:

Anniv'

Le 19 juillet . Bon anniversaire ma maman ! Non, je ne dirais pas ton âge sur le site, ce serait grossier! 

Mais je vais quand même remettre le lien de la chanson qu'on avait faite pour ta dernière décénnie: 


Kaïros

Au mouillage, un voilier avec une silhouette connue. Un Trismus 37, pas courant comme canote ! 

Nous savions qu'il serait dans le coin via Robert, notre pote de DEBER. 

Nous connaissions très bien le bateau, mais pas encore son équipage, car, il a changé, l'équipage  Avant, c'était notre chers Caro et Denis (voir ICI , LALA et LA, entre autres) 

Caro et Denos ont donc vendu leur KAIROS à un "couple de p'tits jeunes adorables" nous avait-il dit! On est en mesure de confirmer. 

Je vous présente donc, Gaëlle et Joachin ( dire "Jo") . je précise qu'en plus d'être adorables, ils sont beaux, ce qui ne gâche rien:

C'est beau une ville la nuit

Juste un petit partage de l'ambiance de nuit à Kilada :

Super Crétin

Ah, t'es tu assez moqué de moi, mon cher Pierre! T'es tu assez gaussé de mon frère jumeau super-connard, pour qu'à mon tour, je t'affuble d'un sobriquet burlesque afin de faire de toi un cousin. 

Nous étions tous invités pour une soirée "mezzé libanais" sur Fulmar. 

Les mayapi sont arrivés en dernier, alors que l'ouzo coulait déjà à flot ! 

Et bien, même sobre, avant même d'avoir trempé ses lèvres dans le breuvage national grec, Pierre a tenté de m'imiter en oubliant de faire quelque chose:


Oh, la pauvre petite annexe toute seule là-bas au fond ! Inutile de vous dire qu'on s'est tous bien marré. Moi, encore plus que les autres, je crois, tant Françoise et moi connaissons bien la chose... Aussitôt, Jo a sauté dans son annexe et les voilà partis en récupération pendant qu'on se gondolait comme des baleines sans aucune pitié! 

Reconnaissons que Pierre lui même s'est pas mal gondolé à son retour ! Il parait que cela ne lui était jamais arrivé !!! L'aura de Super connard serait-elle d'une telle puissance? Voici  la réponse de Pierre à cette angoissante question :

Le connaissant, je sais qu'il ne m'en voudra pas de cette fraternelle taquinerie ! Mieux, il m'en aurait certainement voulu si je n'en avais pipé mot ! N'est ce pas, Pierre?

Pour le reste, le festin fut à la hauteur du travail (10heures de préparation, nous a-t-il précisé!) de Roland. Photos du festin et des convives lors de cette soirée "gargantugastronomique "

Au milieu de tout cela, j'ai omis la soirée "Lasagnes/mousse au chocolat" sur Troll. Mais là, je n'ai pas pris de photos, on était aux fourneaux! J'oubliai également de dire qu'on a retrouvé, à Kilada, naturellement, Soleil et son maitre Didier et le magnifique bateau entièrement refait par Didier, avec le talent qu'on lui connait ! 

On ne l'a pas encore visité, on n'a pas eu le temps, mais ce n'est que partie remise.


Zogiorgias, sur Spetsés

Vous comprenez bien qu'il fallait absolument nous tirer de ce gloubi boulga! Question de survie ! 

Alors, le 23, on a dit au revoir à tous nos copains, et on est partis vers Spetses. 

Samedi 23 juillet : La nav' fut "pas si mal", au bon plein, puis au travers, mais lentement car le vent était faible. 

A tel point que, en route pour Dokhos, on en a eu marre 15 milles plus tôt. 

Et on s'est arrétés à Ormos Zogiorgias

C'est une baie plutôt calme en général. 

Sauf que là, c'est la pleine saison et qu'il n'a pas été aisé de se mettre à l'écart tant le mouillage était bondé ! 

Bon, c'est relatif, car si je montre les photos qui viennent à un habitué de Prquerolles au mois de Juillet, il va me rire au nez ! 


Bien agréable d'être sous voiles
parking de caisses à boulons
A l'écart
avec d'autres

On était là, finalement tranquilles, les caisses à boulons d'un coté, toutes plus grosses et tapageuses les unes que les autres, les petits de l'autre, essayant de se faire encore plus petits. 

Et puis est arrivé cet énorme m..., pardon, cette gigantesque embracation, qui va se foutre cul à la plage, en plein milieu du mouillage, obligeant les petits à l'ancre à se barrer dare dare pour ne pas géner la muraille d'acier leur barrant désormais le paysage. Le genre de truc qui m'excède. Vraiment:

Cela nous aura permis de rencontrer (brièvement) un catamaran tout semblable à DEBER, skippé par Hervé et Brigitte, assidus de STW et utilisateurs du petit monde de Troll :

Le gros machin a débarqué ses "guêpes" (100km/h dans le mouillage!) mais on a regardé de l'autre coté. Parce que, même avec du monde, on aime bien Zogiorgias. On y reviendra avec nos invités, dans une dizaine de jours:

Surprise!

24 juillet : On "file" sur Dokhos. La grosse crotte esst partie dans la nuit. Reconnaissons qu'on ne l'a pas entendue partir. 

Alors, quand je dis "on file", c'est un poil exagéré, car d'air il n'y a point! 

On croise tout de même un très joli keth, dans l'autre sens, toutes voiles dehors, comme quoi, y'a des vrais voileux:

Je suis en train de les prendre en photo, quand, soudain, l'équipage du ketch nous corne avec insistance ! Forcément, on se déroute, car cela doit vouloir dire qu'il y a un problème à bord. Vu le peu de vent, peut-être panne de moteur?

On abat de 90° et on file vers eux ! Ils nous font des grands signes. Visiblement, ils sont heureux qu'on se détourne. A portée de voix , je lance un retentissant " Have you a problem? What can we do? " 

On nous répond : "Salut les amis! "

Et là, on les reconnait ! Ce sont Héléna et Lucas, que nous avons rencontrés cet hiver et au printemps, à Chalkoutsi ( ICI et LA )

Quelle joie et quelle surprise ! Ils sont e route ( à1noeud et demi environ!) pour le cap Maléas, puis Gilbraltar et l'Argentine ! Ils ne sont pas rendus....On a du se voir, oh, quoi, deux minutes à peine!!! Juste le temps de s'envoyer des sourires...Ce n'est certes pas demain que nous nous reverrons, Héléna, Lucas, mais ce fut un énorme plaisir de vous apercevoir  ! Que les vents vous soient favorables, d'où qu'ils viennent ! 

Leur Endurance 35 avec TOUTES ses voiles


Dokhos

Un peu plus tard, nous arrivons à Dokhos, où nous nous rendons à chaque fois que c'est possible ! Un  très beau petit voilier ( nous connaissons un peu son propriètaire belge. Il vit à bord de son petit 9mètres depuis des années. En général, on se croise à Poros ! ) qui date, de mémoire, des années 1920. Splendide à regarder sous voiles:

J'espère que l'on va le recroiser pour lui donner ces photos ! 

En attendant, nous voici à l'ancre dans la baie....On y a jamais vu autant de monde...

Avec encore un parking" mécaniques rutilantes"

Et même une flotilla

Même si on était "un peu serrés" au mouillage, parmis des arrivants, qui, visiblement, mouillaient pour la première fois de leur vie, avec 60mètres de chaine en tas au milieu des autres bateaux (je m'apprêtais à aller leur donner conseil quand, en fait, il sont repartis.) l'escale fut bonne et le baudet de la plage  for accueillant, même pour un boxer  :

Vers et à Poros

25 juillet: Depuis le réveil, j'ai 59 ans. Ce sont des choses qui arrivent à des gens très bien. J'ai reçu plein de messages sympas toutes la journée. C'était chouette ! Et comme ma moitié désirait me payer la taverna pour féter la chose, nous sommes partis pour Poros, mouillage du petit bois, un de ceux que l'on fréquente tous les ans. La nav' fut dégueulasse, indigne d'une journée d'anniversaire, le vent dans la gueule, passant sans arrêt de 25 à 6 noeuds, ce qui a fini par nous renoncer à tirer des bords. De l'autre coté de la passe de Spathi, c'était régate ! Ils avaient l'air de bien s'amuser au grand largue. Nous, on s'amusait pas DU TOUT :

A Poros, on a vite retrouvé le Grand Philippe avec qui on a passé un bout d'après midi. Il était temps qu'on arrive car il est partis le lendemain matin pour les Cyclades. Son bon sourire est toujours aussi chouette :

Et puis, le soir, comme prévu, ce fut taverna tout les deux, pour m'aider à passer la porte de l'entrée dans la soixantième bien peu rugissante ( quoique il y ait moultes raisons de rugir en ce moment! ) 

En rentrant au bateau, on croise nos copains Michaelis et Daniela ( voir ICI ). Ils nous tombent dans les bras, nous embrassent, comme seuls les grecs si chaleureux savent le faire. Ils sortent aussi de taverna. On leur dit que c'est mon anniversaire. Aussitôt, Michaelis s'excuse et dit " je reviens". On discute avec Daniela quelques minutes. Puis Michaelis revient avec un paquet : Il est allé acheter deux patisseries pour nous les offrir. 

Jétais très ému. Quelle gentillesse! 


Depuis, on a entamé une grande période de "rien glander de la journée" !

Parfois, on adore ça! 

Pour finir en "beauté", le coup de gueule de Philippe Torretton, dans l'Huma. Je vous le mets, parce que, soyons, clair, j'y souscris des deux mains: 

LA PRESIDENTIELLE

La campagne va être belle les amis, un vent putride et imbécile souffle déjà sur la droite et d'heure en heure il rend fou tout ce beau monde, même les moins prompt à faire de la surchauffe identitaire s'y mettent, ils ont peur sans doute de laisser passer l'échappée qui va tuer le tour. Ils n'y vont pas gaiement car il ne faut donner l'impression de se réjouir trop vite et puis l'heure est grave et martiale, non, ils y vont avec le regard sévère du gars qui en a dans le froc et l'air grave du grand homme qui est en phase avec l'Histoire tragique de son pauvre pays qui souffre. La droite ouvre le répertoire à conneries qui n'ont pas marché, le manuel des remèdes pires que les maux, le bréviaire des solutions qui font du bien à ce qu'il y a de pire chez le citoyen affolé, l'almanach Vermot des pensées qui sont à la politique ce que les flatulences sont à la digestion une décongestion qui soulage...

Oui la campagne va être belle les amis, nous allons assister à un festival de populisme, une fête à neu-neu de la pensée politique, un concours du plus gros diseur de conneries, et en face, du côté journalistes il n'y aura personne pour les faire taire, il n'y aura que des présentateurs. 

Enfermer les fiches S, virer ceux qui ne sont pas français, ouvrir des camps de détention (comme en Algérie, maintenant que Rocard n'est plus là pour faire chier avec ses rapports humanitaires), leur mettre un bracelet électronique aux pattes, les forcer à rester chez eux, je m'étonne qu'un nostalgique de Michel Debré n'ai pas encore proposé de rafler leurs mômes pour repeupler un coin de France désertique. On attend la suite avec impatience un couvre feux permanent, le port d'arme pour tous les non-musulmans, le rétablissement de la peine de mort, la fermeture d'une mosquée pour chaque nouvel attentat, retrait du permis de conduire pour tous les musulmans etc... Il est curieux que la droite n'évoque jamais la nécessité de doter la justice française de moyen humain nécessaire pour que tous les dossiers soient maîtrisés d'un bout à l'autre de la chaîne judiciaire... Qui voulait en finir avec les juges d'instruction déjà? Ah oui l'ancien président de la république Nicolas Sarkozy. Qui a fait des services de renseignements un instrument politique? Ah oui Nicolas Sarkozy. Qui a semé le chaos en Libye avec un empressement qui laisse pantois plus d'un observateur quelques mois seulement après avoir invité avec les honneurs de la république son leader terroriste et faisant du même coup de ce pays un autre territoire de guerre pour Daesh ? Ah oui Nicolas Sarkozy. Est-ce qu'il y a un français, un seul, qui devrait impérativement fermer sa gueule en ce moment ? Ah oui Nicolas Sarkozy...



A bientôt les trollonautes!